Communiquer

Influenceurs et influenceuses Web: pas toujours une bonne influence!

Une adolescente qui regarde les médias sociaux sur son téléphone

Si votre enfant utilise les réseaux sociaux ou regarde des vidéos YouTube, il est fort probable qu’il ou elle visionne du contenu conçu par des influenceurs et influenceuses. Les jeunes se tournent en effet de plus en plus vers ces vedettes du Web pour se divertir et s’informer. Mais quelle est leur influence sur votre enfant?

Lorsque vous étiez ado, le style des vedettes de la télévision et de la musique vous inspirait sans doute. Vous enviiez peut-être leur style de vie. Vous adoptiez peut-être leurs opinions sur certains sujets. Eh bien votre jeune vit la même chose aujourd’hui avec les influenceurs et influenceuses qu’il ou elle suit en ligne.

L’influence des vedettes sur les jeunes n’est pas un phénomène nouveau, mais ce qui est différent avec les influenceurs et influenceuses, c’est leur accessibilité et leur proximité avec leur public. À force de suivre leurs moindres faits et gestes, leur communauté a l’impression de les connaître personnellement, ce qui crée un fort lien d’attachement. Or, certains ont une influence plus positive que d’autres…

Le danger avec les influenceurs et les influenceuses

Les influenceurs et influenceuses pratiquent des formes de publicité non traditionnelles

Pour tirer un revenu de leurs activités en ligne, les influenceurs et influenceuses font du marketing de contenu (publireportage) et du marketing d’influence (les recommandations de produits) et s’associent régulièrement avec des entreprises pour faire la promotion de leurs produits. Votre jeune pourrait donc être encouragé ou encouragée à acheter des produits ou des services (ex.: vêtements, produits de beauté, coaching, plans d’entraînement), dont certains peuvent s’avérer risqués (ex.: suppléments alimentaires, injections esthétiques illégales, cryptomonnaie). Même si les vedettes du Web doivent suivre la Loi sur la protection du consommateur, il arrive souvent que leur contenu publicitaire ne soit pas clairement identifié comme tel.

En créant du contenu de façon indépendante, les influenceurs et influenceuses peuvent s’exprimer plus librement sur à peu près tous les sujets

Même les plus populaires peuvent faire la promotion de comportements malsains ou excessifs (ex.: vapotage, jeux de hasard et d’argent, anorexie, surentraînement). Ils ou elles véhiculent parfois des préjugés et des stéréotypes de nature raciste, homophobe ou sexiste, par exemple. Plusieurs donnent des opinions qui ne sont pas fondées ni crédibles sur des sujets sensibles (ex.: suicide, avortement, image corporelle). Ces stars du Web peuvent même faire de la désinformation parce qu’elles n’ont pas l’obligation de se baser sur des faits et des sources fiables. Or, elles exercent une grande influence sur leur communauté. Selon le sondage Le Canada numérique de 2023 , 73 % des internautes au Canada de 16 ans ou plus qui suivent des personnes influenceuses ou créatrices de contenu disent avoir déjà changé de point de vue ou de perception sur un sujet après une exposition à ce type de contenu.

Puisqu’ils et elles cherchent à véhiculer une image parfaite, certains influenceurs et influenceuses peuvent amener leur public à se comparer et à se dénigrer.

Cela n’est pas sans conséquence sur l’estime de soi et l’image corporelle de plusieurs jeunes. D’ailleurs, dans le mémoire de maîtrise Réseaux sociaux et image corporelle, on peut lire que «84 % des participantes ont affirmé que les images représentant une apparence corporelle idéale dans les réseaux sociaux ont une influence négative sur la perception de leur image corporelle».

4 pistes pour parler des influenceurs et influenceuses avec votre enfant

Entretenir une discussion ouverte et sans jugement sur les influenceurs et influenceuses est la meilleure façon d’accompagner votre jeune à bien naviguer dans les contenus que ces personnalités créent.

1. Intéressez-vous aux influenceurs et influenceuses que votre jeune suit.

  • Demandez-lui qui sont ses favoris et favorites, et regardez ensemble leur compte.
  • Renseignez-vous sur ces gens: leur secteur d’activité (ex.: mode, jeux vidéo, alimentation, voyage, entraînement, etc.), les produits qu’ils commercialisent, les opinions qu’ils véhiculent. Est-ce approprié pour votre enfant?

2. Amenez votre jeune à développer sa pensée critique par rapport au contenu visionné en ligne.

  • Est-ce que votre enfant comprend que ce qui lui est présenté à l’écran n’est pas toujours vrai et spontané, que cela ne représente pas la réalité? Expliquez-lui que les influenceurs et influenceuses passent plusieurs heures à scénariser et à monter chaque vidéo ou à retoucher leurs photos.
  • Est-ce que votre jeune sait que cette personne tire un revenu grâce au nombre d’abonnements, de vues et de rétroactions?
  • Est-ce que votre jeune réussit à reconnaître les contenus commandités?
  • Encouragez votre enfant à effectuer une double vérification sur des sites Internet fiables de l’information présentée par les influenceurs et influenceuses. Expliquez-lui la différence entre une opinion et un fait. Parlez-lui de fake news.

3. Amenez votre enfant à prendre conscience de l’influence que ces personnalités ont sur lui ou elle.

  • Demandez-lui ce qu’il ou elle ressent en regardant leurs vidéos ou photos (ex.: anxiété, insatisfaction corporelle, peur de manquer quelque chose, jalousie, divertissement, inspiration).
  • Suggérez-lui de s’abonner seulement aux comptes des influenceurs et influenceuses qui lui apportent du positif et qui partagent ses valeurs. Plusieurs sont des modèles positifs qui produisent du contenu sain et bienveillant. En s’ouvrant avec honnêteté et transparence, ces influenceurs et influenceuses contribuent à déconstruire les tabous et les préjugés concernant la diversité corporelle et sexuelle ou la santé mentale, par exemple. Et plus votre jeune consommera du contenu positif, plus les algorithmes lui en proposeront!

4. Avec les plus jeunes, établissez des règles ensemble.

  • Discutez des influenceurs et influenceuses qui ont des propos ou des comportements inappropriés ainsi que des raisons pour lesquelles vous souhaitez qu’il ou elle ne les suive pas.
  • Pour limiter l’exposition de votre enfant à du contenu inadéquat, activez le contrôle parental sur ses appareils.
  • Selon son âge, vous pourriez également télécharger des applications destinées aux enfants, comme YouTube Kids, et créer une liste de lecture personnalisée avec des vidéos éducatives selon ses intérêts.

En tant que parent, vous êtes assurément l’une des personnes qui connaissent le mieux votre enfant (ses intérêts, ses forces et ses vulnérabilités). Fiez-vous à votre jugement pour bien accompagner votre jeune afin que ses influences en ligne demeurent positives et enrichissantes.

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre