À propos de PAUSE

Internet fait partie de notre quotidien et c’est tant mieux! Mais les écrans mal ou trop utilisés peuvent être liés à certains méfaits, particulièrement chez les jeunes qui sont plus à risque. En collaboration avec un comité d’experts et un vaste réseau d’appuis, PAUSE se veut la référence éclairante pour aider les Québécoises et les Québécois à mieux composer avec la réalité hyperconnectée.

PAUSE, c’est quoi?

PAUSE fait la promotion d’une utilisation équilibrée d’Internet et des écrans pour prévenir les risques liés à l’hyperconnectivité. Elle invite les jeunes adultes, les enfants et leurs parents à poser des gestes pour améliorer leurs habitudes numériques afin de profiter des avantages d’Internet sans en subir les méfaits. PAUSE est un allié pratique et bienveillant pour que la techno soit à notre service (et non l’inverse!) et pour nous rappeler l’importance de se déconnecter régulièrement.

PAUSE, c’est une campagne de communication, mais aussi un site de référence à l’année offrant de l’information et des conseils, ainsi que des outils et des ressources pour les parents et les intervenants. De plus, PAUSE propose des évènements de déconnexion 24H ainsi que des activités dans les milieux fréquentés par les jeunes.

PAUSE souhaite devenir un mouvement qui incite les Québécois à reprendre le contrôle de leur utilisation des écrans, et à donner priorité aux connexions qui font du bien, en ligne et hors ligne.

PAUSE, c’est qui?

PAUSE est réalisée par Capsana avec le soutien du gouvernement du Québec et de partenaires privés, ainsi que la collaboration d’un comité d’experts et d’un réseau d’appuis.

PAUSE est aussi sur le terrain grâce à la précieuse collaboration des responsables de milieux de vie joignant les jeunes: universités, cégeps, centres de formation professionnelle, maisons de jeunes, camps d’été, etc.

Au sein de l’équipe PAUSE chez Capsana ainsi que des organisations soutenant PAUSE, on trouve des parents, des jeunes adultes… et des moins jeunes, qui eux aussi font face au défi de mieux gérer leur utilisation des écrans. Nous sommes tous concernés par les risques liés à l’hyperconnectivité, d’où le souci de proposer des trucs et conseils pouvant être adaptés aux besoins de chacun. L’important est d’en parler et d’agir à sa façon!

Comité d'experts

PAUSE est réalisée avec le soutien d’un comité d’experts afin de proposer un contenu crédible et des interventions inspirées des meilleures pratiques. Le comité compte des spécialistes en prévention de la cyberdépendance et en promotion des saines habitudes de vie chez les jeunes.

Magali Dufour, Ph. D.

Présidente du comité, professeure agrégée au Département de psychologie à l’UQAM, chercheuse à l’Institut universitaire sur les dépendances, au Centre de recherche Charles-Le Moyne et dans l’équipe HERMES

Découvrir un expert

Magali Dufour, Ph. D.

Magali Dufour, Ph. D.

Présidente du comité, professeure agrégée au Département de psychologie à l’UQAM, chercheuse à l’Institut universitaire sur les dépendances, au Centre de recherche Charles-Le Moyne et dans l’équipe HERMES

Magali Dufour est psychologue et professeure agrégée au Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal. Elle est chercheuse dans l’équipe HERMES, à l’Institut universitaire sur les dépendances et au Centre de recherche Charles-Le Moyne. Depuis plus de 10 ans, elle s’intéresse aux dépendances sans substance, notamment à la dépendance à Internet, et a publié de nombreux articles sur le sujet. Elle mène présentement différents projets cliniques et de recherche auprès des personnes cyberdépendantes ainsi qu’auprès des joueurs de jeux de hasard et d’argent. En plus de présenter de nombreuses conférences sur la dépendance à Internet, elle a publié les premiers travaux de recherche réalisés au Québec auprès d’utilisateurs problématiques d’Internet.

Jean-François Biron, M.A.

Agent de planification, programmation et recherche sur l'hyperconnectivité et les jeux d'argent au CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, Direction régionale de santé publique

Découvrir un expert

Jean-François Biron, M.A.

Jean-François Biron, M.A.

Agent de planification, programmation et recherche sur l'hyperconnectivité et les jeux d'argent au CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, Direction régionale de santé publique

Jean-François Biron mène des travaux de recherche et de transfert de connaissances pour la Direction régionale de santé publique de Montréal depuis 2005. Coordonnateur d’une communauté de pratique en prévention des dépendances, son expertise sur les problématiques des jeux de hasard et d’argent (JHA) et de l’hyperconnectivité est reconnue au Québec et à l’étranger. Jean-François agit régulièrement à titre de porte-parole pour les instances de santé publique. Il compte plusieurs productions qui soulignent l’influence des facteurs socio-environnementaux dans le développement des comportements.

Myriam Laventure, Ph. D.

Psychoéducatrice, professeure titulaire et directrice du certificat en toxicomanie à l’Université de Sherbrooke

Découvrir un expert

Myriam Laventure Psychoéducatrice, professeure titulaire et directrice du certificat en toxicomanie à l’Université de Sherbrooke

Myriam Laventure, Ph. D.

Psychoéducatrice, professeure titulaire et directrice du certificat en toxicomanie à l’Université de Sherbrooke

Myriam Laventure a œuvré pendant 12 ans à titre d’intervenante auprès des adolescents ayant une consommation problématique et leur famille, puis mène aujourd’hui des recherches portant principalement sur la prévention des dépendances auprès des populations vulnérables (jeunes de parents dépendants, jeunes ayant des troubles de comportement, jeunes Autochtones). En 2017, elle a codirigé et publié l’ouvrage Adolescents dépendants ou à risque de le devenir – Pratiques d’intervention prometteuses. En 2019, elle a également coécrit le livre Vivre avec un proche ayant une dépendance. Elle est chercheuse au sein du groupe Recherche et intervention sur les substances psychoactives – Québec (RISQ) ainsi qu’à l’Institut universitaire sur les dépendances (IUD).

Sylvie R. Gagnon

Clinicienne-chercheuse en dépendance, CISSS de Lanaudière, Centre de réadaptation en dépendance

Découvrir un expert

Sylvie R. Gagnon Clinicienne-chercheuse en dépendance, CISSS de Lanaudière, Centre de réadaptation en dépendance

Sylvie R. Gagnon

Clinicienne-chercheuse en dépendance, CISSS de Lanaudière, Centre de réadaptation en dépendance

Travailleuse sociale de formation, Sylvie R. Gagnon détient une maîtrise en service social de l’Université de Montréal, où elle a étudié les représentations sociales des habitudes de jeux de hasard et d’argent chez les adolescents. Elle a enseigné 10 ans au certificat en toxicomanie de l’Université de Sherbrooke et a été clinicienne-chercheuse dans l’équipe HERMES jusqu’en 2020. Également clinicienne-chercheuse au CISSS de Lanaudière, c’est à la suite de l’émergence des demandes d’aide pour une utilisation problématique d’Internet (UPI) que Mme Gagnon s’associe activement aux travaux de recherche de la Dre Magali Dufour. Dans ce cadre, elle a coordonné deux études cliniques menées dans les centres de réadaptation en dépendance, lesquelles ont permis de préciser le profil clinique des utilisateurs problématiques d’Internet au Québec.

Caroline Fitzpatrick, Ph.D.

Professeure agrégée, Département de l’enseignement au préscolaire et au primaire à l’Université de Sherbrooke

Découvrir un expert

Caroline Fitzpatrick Professeure agrégée, Département de l’enseignement au préscolaire et au primaire à l’Université de Sherbrooke

Caroline Fitzpatrick, Ph.D.

Professeure agrégée, Département de l’enseignement au préscolaire et au primaire à l’Université de Sherbrooke

Caroline Fitzpatrick détient un doctorat de l’Université de Montréal en psychoéducation. Elle est professeure agrégée à l’Université de Sherbrooke. Ses travaux portent sur les origines des inégalités en éducation et en santé. Il y a un consensus à l’effet que certaines expériences et certains environnements qui surviennent tôt dans la vie sont d’une grande importance pour le développement ultérieur. Par conséquent, un objectif important de ses recherches a été d’identifier comment les facteurs individuels (fonctions exécutives) et contextuels (exposition aux écrans) modifiables façonnent la réussite scolaire et le bien-être des enfants. Les résultats de ses recherches peuvent ainsi contribuer au développement des interventions préventives et des politiques sociales rentables visant à améliorer la santé publique

Anne Elizabeth Lapointe

Directrice générale de la Maison Jean Lapointe (MJL) et du Centre québécois de lutte aux dépendances (CQLD)

Découvrir un expert

Anne Elizabeth Lapointe Directrice générale de la Maison Jean Lapointe (MJL) et du Centre québécois de lutte aux dépendances (CQLD)

Anne Elizabeth Lapointe

Directrice générale de la Maison Jean Lapointe (MJL) et du Centre québécois de lutte aux dépendances (CQLD)

Anne Elizabeth Lapointe possède plus de 20 ans d’expérience dans le domaine des dépendances, dont 15 années en prévention. Elle a contribué au développement et à l’évaluation des programmes de prévention de la Maison Jean Lapointe et du CQLD. Ces programmes rejoignent 100 000 jeunes annuellement au Québec. Elle est activement impliquée dans la communauté et siège sur plusieurs tables de concertation et de comités d’experts. Elle donne régulièrement des conférences et des formations sur les dépendances, et en compte à ce jour plusieurs centaines portant sur le jeu problématique, les dépendances comportementales et la prévention des dépendances, et ce, à travers le Québec. Mme Lapointe détient un baccalauréat en communication, un diplôme en gestion, un certificat et un diplôme de 2e cycle en toxicomanie ainsi qu’en éthique.

Partenaires

PAUSE est réalisée avec le soutien du gouvernement du Québec

Au Québec, comme partout ailleurs, l’univers des technologies numériques est en effervescence comme jamais auparavant. De nouveaux outils intègrent sans cesse notre quotidien et modifient profondément notre rapport à l’autre ainsi qu’à notre environnement. Bien que cette révolution des habitudes suscite un enthousiasme légitime, elle doit être accompagnée d’un travail de réflexion sur les bonnes pratiques à adopter alors que nous vivons collectivement cette grande métamorphose.

Le gouvernement du Québec s’investit donc pleinement dans la promotion d’un mode de vie équilibré auprès des jeunes. Il est fier de soutenir financièrement la campagne PAUSE, qui vise à encourager une utilisation raisonnable des écrans et à prévenir les risques liés à l’hyperconnectivité. Les jeunes sont de plus en plus exposés aux écrans, et de plus en plus tôt. La rapidité avec laquelle les technologies qui nous entourent évoluent ainsi que la multiplication des outils de communication utilisés nous amènent à remettre en question notre rapport aux écrans et à l’utilisation que nous en faisons.

Ce projet s’inscrit en cohérence avec d’autres grandes initiatives gouvernementales, telles que le Plan d’action jeunesse 2021-2024 et le Plan d’action interministériel en dépendance 2018-2028, menés respectivement par le Secrétariat à la jeunesse et le ministère de la Santé et des Services sociaux, qui sont les deux grands partenaires de la campagne PAUSE.

Les jeunes sont au cœur des décisions du gouvernement pour l’avenir du Québec. Il est donc essentiel de continuer à les guider pour qu’ils profitent d’une vie saine et active, et qu’ils puissent prendre part à l’essor de leurs communautés.

Des partenaires privés engagés

PAUSE évolue grâce à la participation de partenaires privés soucieux de contribuer à la promotion d’un meilleur équilibre numérique. Afin d’assurer l’élaboration de contenus exempts d’influence des partenaires, PAUSE s’engage à maintenir une indépendance éditoriale.

Cogeco est le 8e câblodistributeur en importance en Amérique du Nord, en plus de détenir et exploiter 23 stations de radio couvrant l’ensemble du Québec. Activement engagée auprès des communautés qu’elle dessert depuis sa fondation, Cogeco est fière de s’associer à la campagne PAUSE pour promouvoir auprès des familles un usage sain des écrans dans un monde de plus en plus numérique. Internet présente des avantages indéniables pour s’éduquer, s’informer, travailler et rester connectés. Cependant, il importe de trouver un équilibre afin que la techno demeure à notre service, tout en favorisant des connexions qui contribuent à notre bien-être.

En 1965, le premier magasin Renaud-Bray ouvre ses portes sur le chemin de la Côte-des-Neiges, à Montréal. Aujourd’hui, avec plus de 30 boutiques à travers le Québec, Renaud-Bray est le plus grand réseau de librairies francophones en Amérique du Nord. À l’heure où les écrans sont partout et font partie intégrante de nos vies, Renaud-Bray est fier de s’associer à la campagne PAUSE afin de promouvoir, auprès des familles québécoises, les bienfaits et la variété des activités éducatives et récréatives sans écran.

Dès sa fondation en 1896, Archambault a su s’imposer comme le plus important détaillant d’instruments de musique au Québec. Au fil des ans, l’offre s’est diversifiée avec l’ajout de produits multimédias, de livres et de curiosités en tout genre pour toute la famille. Archambault est fier de s’associer à la campagne PAUSE pour mettre de l’avant la grande diversité d’activités auxquelles les petits et les grands peuvent s’adonner sans l’intermédiaire d’écran. Jouez, lisez, faites de la musique.

Collaborateurs

PAUSE invite des organisations et des professionnels à collaborer à l’élaboration du contenu, permettant de mettre de l’avant des points de vue variés.

Média de solutions qui s’intéresse exclusivement à l’action climatique au Québec, Unpointcinq offre des histoires inspirantes, des solutions pratiques et des initiatives originales. Objectif: démystifier la question de l’heure et mettre de l’avant des pistes d’actions concrètes et accessibles à tous. De la rigueur scientifique oui, mais sans bouder son plaisir! Site Web, Facebook, Instagram, vous ne pourrez pas dire que vous n’avez pas de choix!

Bien-être numérique est un groupe de travail interdisciplinaire de jeunes experts au sein du Centre pour l’intelligence émotionnelle en ligne (le CIEL), qui a pour but d’assurer des services éducatifs en matière de prévention et de sensibilisation sur les enjeux du numérique. À titre de laboratoire créatif, le groupe permet de développer avec nuances et rigueur l’offre d’ateliers et de conférences pour les milieux qui en ont le plus besoin, à commencer par les jeunes.

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre