Nouvelle campagne: PAUSE invite les jeunes à se déconnecter

Pauses sans écran
  • copier
Nouvelle campagne: PAUSE invite les jeunes à se déconnecter

Avec la pandémie qui se poursuit, on s’inquiète pour le bien-être des jeunes, notamment pour leur santé mentale. Alors qu’ils sont plus branchés que jamais, les experts s’entendent sur l’importance de les inviter à prendre soin d’eux, entre autres en mettant plus souvent les écrans de côté. La nouvelle offensive de PAUSE arrive à point avec son message qui invite à profiter des bienfaits de la déconnexion.

PAUSE ton écran. Profites-en.

Le concept publicitaire « PAUSE ton écran. Profites-en » encourage les jeunes à oser se déconnecter régulièrement, ne serait-ce que quelques minutes ou quelques heures, plus particulièrement pendant leur temps de loisirs, car beaucoup n’ont pas le choix d’être en ligne pour le travail ou les études.

La campagne au ton positif, bienveillant et pas du tout anti-techno présente aux jeunes la pause comme un moment privilégié de plaisir, non pas comme une autre « consigne ». Une vidéo de 30 secondes, produite par un jeune réalisateur avec des créatifs allumés, est l’élément central de la campagne. Des influenceurs populaires auprès des jeunes adultes sont aussi mis à contribution pour inviter leurs communautés Instagram à profiter des pauses sans écran. Une campagne pour et par les jeunes d’ici, qui sont capables de belles choses!

Les bienfaits de la déconnexion

Prendre des pauses sans écran, c’est une façon simple (et rétro!) de sortir du tourbillon des notifications, de la pression de publier et du stress causé par la FOMO. Mais surtout, une façon d’inviter les jeunes à penser à eux, à ralentir loin de la surstimulation du monde en ligne.

Et les jeunes Québécois sont ouverts à cette proposition. Selon un sondage réalisé auprès de 750 d’entre eux âgés de 18 à 24 ans, la majorité (88 %) aimeraient diminuer le temps qu’ils passent sur Internet. Toutefois, la quasi-totalité (97 %) rapportent qu’ils utilisent Internet pour se désennuyer ou lorsqu’ils n’ont rien à faire d’autre. Inspirons-les pour qu’ils apprivoisent la déconnexion et s’occupent autrement pendant leurs loisirs pour se faire du bien.

S’offrir plus de moments de déconnexion, c’est l’occasion pour les jeunes de faire des activités qu’ils aiment ou qu’ils souhaitent essayer telles que cuisiner, dessiner, passer du temps en plein air, jouer de la musique, etc. Tout en respectant les consignes sanitaires et sans pression de performance ou de mise en scène pour briller sur les réseaux sociaux. C’est aussi la chance de découvrir le JOMO (joy of missing out) ou le bonheur de ne pas être en ligne… et d’en profiter pleinement.

Le 22 novembre, on PAUSE nos écrans!

PAUSE invite les jeunes adultes à vivre une expérience de déconnexion: le 24h de PAUSE, le dimanche 22 novembre 2020. Avec sa nouvelle formule personnalisable, où les participants peuvent choisir parmi 4 défis de déconnexion, cet événement se veut un appel sympathique à mettre les écrans de côté pendant une journée. Du soutien est offert, et des prix sont tirés.

L’inscription se fait à Pausetonécran.com/inscription, à partir du 9 novembre. La participation est ouverte à tous les jeunes, mais les prix sont réservés à ceux âgés entre 16 et 29 ans.

Des pauses pour aider nos jeunes à garder l’équilibre

On vit dans un monde hyperconnecté et, en temps de pandémie et de mesures sanitaires, cette situation ne fait que s’accentuer. Internet nous facilite la vie et présente de nombreux avantages, mais PAUSE rappelle que les écrans, trop utilisés ou mal utilisés, peuvent entraîner des méfaits, comme un sommeil perturbé, un niveau insuffisant d’activité physique et aussi plus de stress et d’anxiété. Les experts de santé publique et les intervenants sonnent l’alarme. La pandémie chamboule la vie des jeunes, ce qui crée de l’anxiété chez beaucoup d’entre eux. Ajoutons à cela le fait qu’ils soient plus branchés que jamais, que ce soit pour travailler, suivre leurs cours, se divertir ou encore garder une vie sociale. Il en résulte une situation inquiétante dans laquelle les jeunes plus fragiles risquent de basculer dans la détresse.

D’où l’importance d’inviter tous les jeunes à prendre soin d’eux en évitant de s’isoler et en parlant de ce qu’ils ressentent, que ce soit avec leurs parents, leurs amis ou des ressources externes. Et côté habitudes de vie, encourageons-les à dormir suffisamment, à bouger dehors, à se détendre et, bien sûr, à intégrer dans leur quotidien plus de moments de déconnexion.

Bonnes pauses sans écran! Profitez-en!

PAR

Équipe PAUSE