Questions à se poser

Est-ce que les écrans nuisent à votre couple?

Par équipe PAUSE, en collaboration avec Louise Sigouin , sexologue

Est-ce que les écrans nuisent à votre couple?

Est-ce que vos cellulaires, les jeux vidéo ou les réseaux sociaux ont déjà été ou sont une source de tension dans votre couple? Est-ce que votre tendre moitié répondrait la même chose (honnêtement)? On jase d’écrans et de relations de couple avec la sexologue et experte en accompagnement relationnel Louise Sigouin.

Louise Sigouin

sexologue

  • les écrans (cellulaire, tablette, ordinateur, télévision) peuvent-ils en venir à nuire à une relation de couple?

    Je veux commencer par dire que je ne suis pas contre les écrans! Ils nous divertissent, nous informent, nous gardent en contact avec les autres. Ils peuvent même aider certains couples à communiquer grâce aux textos échangés au cours de la journée. Par contre, ils deviennent problématiques quand leur utilisation est excessive, quand ils prennent trop de place dans nos vies. Si chaque fois qu’un couple a des temps libres, il en profite pour écouter des épisodes en rafale sur Netflix ou sauter sur Facebook au lieu de passer un moment ensemble, cela nuit à leur disponibilité amoureuse, à leur disponibilité relationnelle. Même chose si, en pleine conversation, l’autre vérifie les notifications sur son téléphone ou répond à un texto. Cela rend sa présence partielle: il est présent physiquement, mais pas émotivement.

  • Quel peut être l’impact d’Internet et des écrans sur la vie sexuelle d’un couple?

    La surutilisation des écrans finit par creuser un fossé dans le couple. On se retrouve avec deux individus qui sont ensemble, mais chacun dans leur bulle. Ils peuvent être assis côte à côte, sans savoir comment l’autre va, ce qu’il est en train de vivre, ce qu’il fait sur son écran même! Le premier impact se produira sur l’intimité relationnelle. Ce manque de présence, forcément, crée une distance entre deux personnes, ce qui peut aboutir à un manque d’intérêt sexuel ou alors à une sexualité physique, mais pas nécessairement affective ou relationnelle.

  • Quels signes indiquent que c’est devenu problématique?

    Dès que les écrans génèrent de l’impatience, du ressentiment, de l’irritabilité ou de la jalousie. Par exemple, si j’en viens à penser que les amis Facebook ou que les jeux vidéo de mon partenaire sont plus importants que moi, si je me dépêche à finir mon travail ou à coucher les enfants pour aller sur Internet ou si j’ai du ressentiment quand mon partenaire utilise sa tablette ou son cellulaire… Généralement, ces signes indiquent qu’il y a un problème de couple lié à l’utilisation des écrans.

  • Selon une étude du Pew Research Center, 25 % des personnes possédant un cellulaire et étant en couple rapportent que leur partenaire est distrait par son téléphone quand ils sont ensemble.

  • Quand et comment intervenir si les écrans passent avant le couple?

    La partie importante de la question est le quand. Intervenir pendant que l’autre écoute la télé, qu’il met à jour son compte Instagram ou qu’il joue à un jeu vidéo dégénérera inévitablement en conflit. L’idéal est de lancer une invitation du genre: « J’aimerais te parler de quelque chose d’important » et d’en nommer la raison: « J’aimerais discuter de notre utilisation des écrans ». En utilisant le « nous », on met de côté le ton accusateur qui pourrait mettre l’autre sur la défensive. En s’incluant, on ne cherche pas qui est coupable ou non coupable, on part ensemble à la recherche de solutions. On pourra alors parler de notre usage respectif des écrans et de l’impact sur la relation. Après, on peut encadrer leur utilisation, en décidant ensemble que les cellulaires ne sont pas les bienvenus dans la chambre à coucher, qu’ils restent fermés lors de la routine du matin ou que les jeux vidéo en soirée ne doivent pas nuire au temps de couple, par exemple. Avec ce genre d’entente, on fait passer le couple avant la techno!

  • Quels sont vos conseils pour se déconnecter des écrans et mieux se reconnecter avec l’autre?

    • La première chose est de reconnaître la place des écrans dans notre vie. Pour nous aider à en prendre conscience, on active la fonction « temps d’écran » de notre téléphone ou de notre tablette, ce qui nous enverra un rapport hebdomadaire de notre utilisation. Puis, on doit se poser des questions du type: est-ce que c’est trop? Est-ce que cela nuit à mon équilibre personnel ou à mon couple? Si la réponse à ces questions est oui, on vise une amélioration de nos habitudes pour avoir une utilisation plus saine des écrans.
    • La deuxième chose est de chercher à créer de vrais moments de relation, à vivre des moments de réelle intimité avec l’autre. On peut pour ça instaurer un rituel amoureux, comme une activité qui nous éloigne de la routine, des responsabilités… et des écrans! Ça peut être d’aller marcher en soirée ou de souper au restaurant régulièrement, en fermant les cellulaires. L’objectif est de recréer une intimité amoureuse qui permettra de se retrouver en tant que couple, pour ensuite se rapprocher sexuellement.

Bref, on ne se coupera jamais du monde en ligne (et ce n’est pas souhaitable!), mais l’idée est de rester ancré dans le réel en demeurant le plus possible présent et disponible pour l’autre…
 
Mme Louise Sigouin est sexologue, membre de l’Ordre professionnel des sexologues du Québec et conférencière. Elle accompagne depuis plus de 25 ans des personnes, des couples et des groupes vers un mieux-être affectif, amoureux et sexuel.

Prochaines lectures

Filtre

  • Toutes les thématiques
  • Actualité
  • Agir pour viser l'équilibre
  • Améliorer ses habitudes
  • Banc d'essai
  • Bienfaits des écrans
  • Blogue
  • Communiquer
  • Comprendre l'hyperconnectivité
  • Contrôler la techno
  • Donner l'exemple
  • Équilibre numérique
  • Établir des règles
  • Évaluer sa situation
  • Lexique techno
  • Méfaits et cyberdépendance
  • Nouvelles de PAUSE
  • Pauser son écran
  • Quand s'inquiéter?
  • Questions à se poser
  • Recommandations
  • Témoignage
  • Toujours plus connectés
  • Tous les types de contenus
  • Lecture

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre