Recommandations

Écrans : recommandations

Écrans : recommandations

Quand il est question d’utilisation des écrans par les enfants, les recommandations visent de plus en plus un ensemble d’habitudes plutôt que le temps d’écran uniquement. Voici ce qu’en disent les principales instances nationales et internationales.

Recommandations pour les enfants de moins de 2 ans

La Société canadienne de pédiatrie (SCP) recommande aux parents d’éviter de mettre les enfants de moins de 2 ans devant des écrans. Le gouvernement du Québec a d’ailleurs appuyé cette recommandation dans le cadre de sa Stratégie québécoise sur l’utilisation des écrans et la santé des jeunes 2022-2025.

Sur la scène internationale, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande pour sa part ceci:

  • Un bébé de moins de 1  an devrait être physiquement actif plusieurs fois par jour en s’adonnant à des jeux interactifs au sol. Il ne devrait pas rester attaché pendant plus de 1 heure à la fois (dans une poussette, une chaise haute ou un siège d’auto, par exemple).
  • Un enfant âgé de 1  à 2 ans devrait consacrer au moins 3 heures par jour à différents types d’activités physiques d’intensités diverses et ne devrait pas rester assis pendant des périodes prolongées.
  • Les enfants de moins de 2 ans ne devraient pas être placés devant un écran.

Il faut savoir que les tout-petits apprennent en explorant leur environnement à l’aide de leur corps en entier. Ils ont besoin de ramper, marcher, courir, grimper, voir, toucher, goûter et sentir pour découvrir et comprendre le monde qui les entoure, pour se développer et pour s’épanouir pleinement. Les interactions avec les personnes présentes physiquement sont également essentielles à leur développement et à leurs différents apprentissages. Les outils numériques ne sont donc pas une bonne méthode d’apprentissage et offrent très peu, peut-être même aucun avantage pour leur développement.

Si vous décidez de présenter un écran à votre tout-petit à certaines occasions, nous vous suggérons de vous référer aux recommandations émises pour les enfants de 2 à 5 ans.

Recommandations pour les enfants de 2 à 5 ans

Si votre enfant est âgé de 2 à 5 ans, il peut être exposé aux écrans pendant un maximum de 1 heure par jour, et ce, tous écrans confondus (tablette, télévision, ordinateur, cellulaire, console de jeux). Idéalement, divisez ce temps d’écran en plusieurs courtes périodes au cours de la journée. Vous pourriez par exemple laisser votre enfant regarder la télévision pendant 15 minutes lorsque vous préparez les repas. Aussi, veillez à lui présenter des émissions, des films et des jeux qui sont éducatifs, interactifs et rassembleurs, de même qu’adaptés à son âge et à son niveau de développement.

L’usage de certains appareils, tels que la tablette et le téléphone intelligent, augmente le risque de produire des effets indésirables sur le développement de la vision. Il vaut donc mieux prioriser l’utilisation d’un écran qui se trouve à une plus grande distance des yeux, comme la télévision, et dans une pièce bien éclairée.

Recommandations pour les enfants de 5 ans et plus

Pour les jeunes de 5 ans et plus, la SCP recommande de surveiller le temps d’écran, et ce, pour tous les types d’écrans et tous les types d’usages (divertissement, communications, travaux scolaires, etc.). Elle propose aussi aux parents une série de recommandations qui favoriseront le bien-être numérique de leur enfant. Celles-ci sont regroupées en quatre grandes catégories:

1. Gérer l’utilisation des écrans.

  • Soyez présent lorsque les enfants utilisent les écrans. Dans la mesure du possible, regardez le contenu avec eux et discutez-en ensemble.
  • Au besoin, recourez aux contrôles parentaux et aux réglages de sécurité.
  • Procédez à une évaluation des habitudes numériques de chaque membre de la famille et dotez-vous d’un plan qui prévoit un temps maximal passé en ligne, les lieux où les appareils peuvent être utilisés ainsi que le contenu autorisé en fonction de l’âge de chaque enfant.

2. Favoriser une utilisation constructive des écrans.

  • Assurez-vous que les activités quotidiennes de votre enfant (interactions personnelles, sommeil, activités physiques) ont la priorité sur l’utilisation des écrans.
  • Aidez votre enfant à choisir du contenu adapté à son âge et à son développement, puis à reconnaître les contenus et les comportements problématiques.
  • Informez-vous auprès de votre enfant sur sa vie en ligne et impliquez-vous dans ses activités en ligne, même les jeux vidéo.

3. Donner l’exemple d’une saine utilisation des écrans.

  • Examinez vos propres habitudes numériques et planifiez du temps pour les activités hors ligne (loisirs, jeux, sorties extérieures).
  • Encouragez des périodes quotidiennes sans écran pour toute la famille, particulièrement lors des repas familiaux et pour la socialisation. Assurez-vous que les écrans sont éteints lorsqu’ils ne sont pas utilisés, y compris la télévision en arrière-plan.
  • Veillez à ce que tous les membres la famille évitent les écrans au moins 1 heure avant le coucher, entre autres parce que la lumière bleue qu’ils émettent retarde l’endormissement

4. Surveiller les signes d’une utilisation problématique des écrans à tout âge.

  • Est-ce que l’utilisation des écrans empiète sur le sommeil, l’école ou les interactions personnelles de votre enfant?
  • Est-ce que le temps d’écran nuit à ses jeux hors ligne, à ses activités physiques et à sa socialisation en personne?
  • Est-ce que votre enfant se plaint de s’ennuyer ou d’être malheureux s’il n’a pas accès aux technologies?

En somme

En tant que parent, l’important est de viser un équilibre numérique pour tous les membres de la famille en limitant le temps d’utilisation quotidien, mais aussi en donnant la priorité aux contenus de qualité, consultés à des moments appropriés et, bien sûr, en proposant plus de moments déconnectés. Bref, mieux gérer Internet et les écrans, c’est faire votre possible pour que ceux-ci contribuent au développement de votre enfant et pour réduire les risques qu’ils nuisent à son bien-être global.

 

Sources : csepguidelines.ca, cps.ca, who.int