Écrans : recommandations

Écran et recommandations

Selon la Société canadienne de pédiatrie

La tendance est de plus en plus aux recommandations concernant l’utilisation des écrans qui visent l’ensemble des habitudes plutôt que le temps d’écran uniquement. La Société canadienne de pédiatrie, par exemple, conseille de se rappeler des quatre principes suivants:

  • Gérer l’utilisation des écrans. Par ex.:
    • Procéder à une autoévaluation des habitudes vis-à-vis des écrans et se doter d’un plan familial qui prévoit les moments, la manière et les lieux où ceux-ci peuvent être utilisés ou non.
    • Dans la mesure du possible, être présent et participer lorsque les enfants utilisent les écrans et en discuter avec eux.
  • Favoriser une utilisation constructive des écrans. Par ex.:
    • S’assurer que les activités quotidiennes (interactions personnelles, sommeil et activités physiques) ont la priorité sur l’utilisation des écrans.
    • Éviter les écrans au moins une heure avant le coucher, en raison de leurs effets potentiels sur la suppression de la mélatonine.
  • Donner l’exemple d’une saine utilisation des écrans. Par ex.:
    • En tant que parent, examiner vos propres habitudes médiatiques et planifier du temps pour les loisirs, les jeux et les activités extérieures.
    • Encourager des périodes quotidiennes sans écran pour toute la famille, particulièrement lors des repas familiaux et pour la socialisation.
  • Surveiller les signes d’utilisation problématique des écrans à tout âge. Par ex.:
    • Si l’utilisation des écrans empiète sur le sommeil, l’école ou les interactions personnelles.
    • Si le temps d’écran nuit aux jeux hors ligne, aux activités physiques et à la socialisation en personne.
Source : Michelle Ponti; Société canadienne de pédiatrie, groupe de travail sur la santé numérique. Les médias numériques: la promotion d’une saine utilisation des écrans chez les enfants d’âge scolaire et les adolescents. Paediatrics & Child Health 2019;24(6):409-17. Reproduction autorisée.

Selon la Société canadienne de physiologie de l’exercice

Les Directives canadiennes en matière de mouvement sur 24 heures pour les enfants et les jeunes (de 5 à 17 ans), qui sont un peu l’équivalent du Guide alimentaire canadien mais pour l’activité physique, ont aussi adopté une approche globale en mettant l’accent sur tous les comportements liés au mouvement observés au cours d’une journée. Les nouvelles directives:

Un 24 heures sain comprend:

  • SUER: Activité physique d’intensité moyenne à élevée.
    L’accumulation d’au moins 60 minutes par jour d’activité physique d’intensité moyenne à élevée comprenant une variété d’activités aérobies. Des activités physiques d’intensité élevée et des activités pour renforcer les muscles et les os devraient être intégrées au moins 3 jours par semaine.
  • BOUGER: Activité physique de faible intensité.
    Plusieurs heures d’une variété d’activités physiques d’intensité légère structurées et non structurées.
  • DORMIR: De 9 à 11 heures de sommeil par nuit sans interruption pour les 5 à 13 ans et de 8 à 10 heures par nuit pour les 14 à 17 ans, avec des heures de coucher et de lever régulières.
  • S’ASSEOIR: Comportement sédentaire.
    Un maximum de 2 heures par jour de temps de loisir devant un écran; un minimum de périodes prolongées en position assise.

Maintenir une durée de sommeil suffisante, passer plus de temps à l’extérieur et remplacer les comportements sédentaires et l’activité physique de faible intensité par plus d’activité physique d’intensité moyenne à élevée peut entraîner encore plus de bienfaits pour la santé.

EN SOMME

En tant que parent, l’important est d’être conscient que l’utilisation des écrans comporte des risques et de viser l’équilibre (plutôt qu’un nombre d’heures), et ce, en limitant le temps d’utilisation, mais aussi en donnant priorité aux contenus de qualité, à des moments appropriés et, bien sûr, en proposant plus de moments sans écran. Mieux gérer les écrans, c’est faire votre possible pour qu’Internet contribue au développement de votre enfant et pour réduire les risques que les écrans nuisent à son bien-être global.