Lexique techno

La monétisation dans les jeux vidéo, vous connaissez?

Par équipe PAUSE, en collaboration avec Dre Sylvia Kairouz.

La monétisation dans les jeux vidéo, vous connaissez?

Votre ado est un adepte des jeux vidéo et il multiplie les dépenses en ligne? Une experte nous explique ce qu’est la monétisation dans les jeux vidéo.

À l’époque de Super Mario Bros., The Legend of Zelda et Donkey Kong, il n’y avait rien de plus simple: on payait pour s’approprier un jeu et on pouvait jouer jusqu’à ce qu’on perde l’intérêt… ou la cassette. Mais l’univers des jeux vidéo a subi une profonde transformation depuis l’arrivée d’Internet et des écrans, ce qui a permis aux concepteurs de jeux vidéo de revoir leurs stratégies commerciales.

La professeure agrégée au Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université Concordia et titulaire de la Chaire de recherche sur le jeu du Fonds de recherche du Québec, Sylvia Kairouz, s’intéresse à cette question. «Depuis 10 ou 15 ans, les jeux free-to-play ou pay-to-win ont envahi le marché. Ils peuvent être installés sur n’importe quels appareils mobiles. Leur nom dit tout: leur téléchargement est gratuit, mais il faut payer pour gagner. Et dès qu’on propose à un joueur de payer pour obtenir un privilège dans un jeu, c’est de la monétisation», explique celle qui dirige également le Laboratoire de recherche sur les habitudes de vie et les dépendances de l’Université Concordia.

Petit lexique de la monétisation

La monétisation dans les jeux vidéo peut prendre plusieurs formes.

  • Microtransaction ou micropaiement: achat de privilèges, comme progresser plus rapidement dans le jeu ou ajouter des attributs à son personnage, contre une petite somme (un ou deux dollars).
  • Précommande: achat d’un jeu plusieurs mois avant sa sortie, lequel est parfois offert avec certains avantages comme du contenu exclusif. On parle d’accès anticipé (early access en anglais) quand on peut acheter un jeu en cours de conception et y jouer.
  • Download content (DLC): extension gratuite ou payante pouvant être téléchargée pour prolonger le jeu. Quant à la season pass, elle donne accès à tous les DLC à un prix plus avantageux qu’à l’unité et parfois à l’avance.
  • Loot boxe (coffre à butin): coffre payant contenant des récompenses aléatoires, qui peuvent bonifier l’expérience de jeu, comme améliorer les caractéristiques de son personnage, ou être complètement futiles, comme changer son aspect seulement.

Les modes de paiement en ligne sont variés: par carte de crédit, par carte prépayée (p. ex.: App Store, Google Play, PlayStation, Xbox) ou par compte bancaire (s’il est lié à un compte PayPal) par exemple.

Le problème avec les loot boxes

Toutes les formes de monétisation peuvent devenir problématiques si elles entraînent des dépenses excessives. Elles peuvent également devenir une source de conflit majeure dans les familles lorsque l’ado utilise la carte de crédit de ses parents pour effectuer ce type de transactions.

Cela dit, le problème spécifique aux coffres à butin, c’est qu’ils s’apparentent beaucoup aux jeux de hasard et d’argent: dans les deux cas, on est appelé à investir dans quelque chose dont le résultat est laissé au hasard. Cela active le «circuit de la récompense» dans le cerveau et augmente la sécrétion de dopamine. Avec le temps, le joueur s’habitue à cette sensation de plaisir, ce qui l’amène à vouloir jouer plus souvent et plus longtemps pour la retrouver. Pour celui-ci, les jeux vidéo peuvent devenir une source de dépendance ainsi que de problèmes financiers.

La chercheuse précise que la majorité des joueurs y investissent des sommes raisonnables. «Mais de 2 à 3 % d’entre eux investissent des montants qui dépassent leur capacité financière», avance-t-elle. Si votre jeune priorise les jeux vidéo au détriment de ses études, de sa vie sociale et familiale, de ses autres passe-temps ou de son sommeil, ou alors s’il y dépense des sommes excessives, vous devez intervenir. «Ce sont de signes très clairs que le parent doit remettre les pendules à l’heure et le jeu à sa place», prévient Sylvia Kairouz.

Une discussion s’impose

L’idéal est d’expliquer le concept de monétisation à votre enfant avant qu’il y soit exposé et qu’il y dépense ses sous sans y avoir réfléchi. «Le jeune doit comprendre que les jeux vidéo sont conçus pour maintenir son attention le plus longtemps possible et qu’il y a des intérêts économiques derrière cette intention», précise Sylvia Kairouz, qui en profite pour rappeler aux parents l’importance de déterminer un temps de jeu maximum par jour avec leur ado, de même qu’un montant acceptable à y consacrer.

Attention toutefois à ne pas exagérer les risques de la monétisation! «Il y a un investissement normal pour n’importe quelles formes de divertissement, que ce soit aller au cinéma ou aux glissades d’eau. C’est la même règle qui prévaut pour les jeux vidéo», relativise Sylvia Kairouz.

Vous pouvez ainsi mentionner à votre ado que certaines formes de monétisation sont tout à fait correctes lorsqu’elles sont utilisées à l’occasion parce qu’elles lui permettent d’améliorer son expérience (tout comme le pop-corn au cinéma!), mais que beaucoup d’achats proposés dans les jeux vidéo sont inutiles ou exagérés. Bref, l’idée est de ne pas dépenser… sans y avoir pensé!

Dre Sylvia Kairouz est professeure agrégée au Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université Concordia et titulaire de la Chaire de recherche sur le jeu du Fonds de recherche du Québec.

Crédit photographique: Screen Post Unsplash

Prochaines lectures

Filtre

  • Toutes les thématiques
  • Actualité
  • Agir pour viser l'équilibre
  • Améliorer ses habitudes
  • Banc d'essai
  • Bienfaits des écrans
  • Blogue
  • Communiquer
  • Comprendre l'hyperconnectivité
  • Contrôler la techno
  • Donner l'exemple
  • Équilibre numérique
  • Établir des règles
  • Évaluer sa situation
  • Lexique techno
  • Méfaits et cyberdépendance
  • Nouvelles de PAUSE
  • Pauser son écran
  • Quand s'inquiéter?
  • Questions à se poser
  • Recommandations
  • Témoignage
  • Toujours plus connectés
  • Tous les types de contenus
  • Lecture

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre